Le fessier de Dieu

Le fessier de Dieu

J&L le détail qui tue

Le Fessier de Dieu

Qui n’a jamais entendu parlé de la Chapelle Sixtine ? La célébrité de cet immense ensemble ne provient cependant que d’une infime partie du plafond ; celle où les doigts de Dieu et d’Adam se rencontrent presque. C’est ce « suspens », ce détail même, qui rend ce plafond si populaire, tout comme l’énigmatique sourire de la Joconde. Comme nous le démontre cette chronique, ce sont bien souvent les petits détails qui font d’une simple œuvre un chef d’œuvre… Nous allons cependant aborder ici un autre détail moins évident, certes, et pourtant tout à fait cocasse.

Cette chapelle est particulièrement importante car, depuis sa création en 1477, les cardinaux s’y réunissent en conclave pour élire chaque nouveau pape. Le choix du programme décoratif au début du XVIème siècle fut donc de la plus grande importance. Michel-Ange fut choisi et ce, contre son gré. Personnage à la vie en tous points opposée aux règles religieuses, il fut, entre autres, reconnu comme étant “sodomite” ou, en d’autres termes, homosexuel. Une légende raconte même que l’artiste et le commanditaire, le pape Jules II, auraient eu une liaison… Croire ou ne pas croire, telle est bel et bien la question.

Cependant, c’est Dieu le Père qui nous intéresse ici. Dieu, pourtant lumière dématérialisée jusqu’à présent, est représenté pour la première fois de l’Histoire de l’art sous forme humaine. Si l’on observe minutieusement le plafond, on y voit différentes actions ou moments de la création du monde. Ainsi, Dieu est en mouvement et s’active pour mener à bien son œuvre. C’est en utilisant ce stratagème que Michel-Ange fait “aller et venir” Dieu jusqu’à lui faire opérer un demi-tour offrant ainsi aux yeux de tous “son postérieur” ! Dans le plus pur style de Michel-Ange, caractérisé par un modelage sculptural et des couleurs en demi-teintes voire “acidulées”, Dieu, de dos dans sa robe violacée, est éclairé par une teinte de blanc illuminant ainsi ses fesses.

A l’inauguration du plafond en 1512, on émit quelques réticences à voir ce Dieu suprême “un peu trop humanisé”. Mais, après tout, n’était-ce finalement pas le résumé parfait de la Renaissance ? L’Homme est ainsi au centre de toute chose même au Vatican.

Toutes ces belles idéologies prirent fin en 1527 après le sac de Rome, moment charnière où l’on réalisa finalement que l’Homme n’est parfois qu’un animal en proie à ses instincts. On fit repeindre le plafond afin de couvrir tous les nus et on s’outragea alors de ce postérieur si rebondi…

J&T

Informations Clés

Michel-Ange : 1475-1564 (mort à 88 ans!)

Peinture du plafond de la Chapelle : 1508-1512

Œuvres majeures : David (1504), Académie des Beaux-Arts de Florence, La Pièta (1499) Basilique Saint-Pierre de Rome, le Jugement dernier sur le mur de l’autel de la Chapelle Sixtine (1536-41).

Pape Jules II : 1443-1513 (pape de 1503 à 1513)

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire