Ironie Royale : Pouvoirs divins, décès humains?

 Dans J&L Gossip

J&L Gossip

Les rois sont souvent plus connus pour leurs royaux emblèmes, signes de puissance et de grandeur.  Néanmoins, on ne parle que rarement du moment fatidique auquel tout être tend à partir de sa naissance : la mort. Peu reluisantes, la plupart des morts royales sont relativement sordides. Entre assassinats par empoisonnement, attaque sauvage et maladies, la puanteur de la dépouille de sa royale majesté fit s’évanouir plus d’une âme venant rendre un dernier hommage.

Mais a t-on déjà abordé l’humour noir qui en a attendu plus d’un au tournant? Louis III, Charles VIII ou encore Henri II furent ridiculisés dans leur plus haute grandeur.

Louis III, le premier, connut ce sort bien fâcheux. Arrière-arrière-petit-fils de Charlemagne et grand vainqueur, avec son frère Carloman, en 879 puis en 880 des très sérieux Vikings, il devint roi de la Neustrie en mars 880 au moment de la séparation de l’Empire carolingien.

Il avait tout pour devenir un grand et valeureux roi mais c’est à 18 ans que tout s’arrêta alors qu’il tentait de séduire une demoiselle. “Séduire” est très certainement un peu affabuler quand on sait qu’à cheval il lui courrait après, alors que la malheureuse tentait de rejoindre son père pour y trouver protection…

Ce fut la tentative de séduction la plus lamentable de l’Histoire car, dans sa course, il ignora un linteau de porte et le heurta si violemment qu’il tomba raide mort de son destrier.

Louis III
Charles VIII

De même, un de ses royaux descendants, Charles VIII et dernier Valois en ligne directe, subit le même sort. Cette fois, quoique ne courant plus la “gueuse” , ce dernier voulait distraire son épouse Anne de Bretagne venant de faire une fausse couche.

Le 7 avril 1498, alors qu’il allait chercher sa reine pour l’amener se divertir au Jeu de Paume, ce dernier la mena le long d’un escalier à vis du château d’Amboise quand il se cogna la tête sur un linteau en pierre d’une porte plus étroite que d’habitude. En effet, de taille relativement petite, Charles n’avait pas réalisé qu’il devait pour une fois baisser son royal chef.

Un peu sonné mais pas assommé, il continua son après-midi avant de s’effondrer comme mort en plein milieu du jeu.

Chacun le sait, rien de mieux qu’une petite saignée pour se remettre d’une commotion cérébrale et d’une fracture crânienne. Le soir même on lui cherchait un héritier…

Henri II, quant à lui, préféra trouver son salut lors d’un tournoi célébrant la paix retrouvée après les guerres d’Italie. S’inspirant des romans de chevalerie, le tournoi des Tournelles fut magnifique excepté quand le roi insista pour jouter malgré les pressentiments de la très superstitieuses reine Catherine de Medicis.

Ainsi, contre le jeune Comte Gabriel de Montgomery les lances se brisèrent et un morceau de bois s’enfonça dans l’œil d’Henri.

Ambroise Paré, son célèbre chirurgien, tenta tout pour sauver son roi, s’exerçant même sur des têtes fraîchement décapitées sans grand résultat.

C’est ainsi qu’après 10 jours d’agonie, Henri II trépassa et que Catherine demanda à leur fils, Charles IX, de détruire ce château maudit, devenant quelques décennies plus tard la Place Royale (actuelle Place des Vosges).

Henri II
tournoi henri II

Tournoi et portrait d’Henri II

Des morts stupides, il y en eut d’autres bien sûr et pour ne citer qu’eux, rappelons Lully, musicien de Louis XIV, mort de la gangrène car en battant la mesure avec son bâton, il se le planta malencontreusement dans le pied ou encore Antoine de Bourbon, père d’Henri IV, qui mourut suite à une blessure reçue, pendant le siège de Rouen en 1562, alors qu’il se soulageait la vessie.

Roi, comte, duc, musicien ou simplement n’importe qui quand c’est l’heure c’est l’heure ! Impossible de déjouer l’humour macabre…

Informations clés

Louis III

Naissance : vers 863-65

Décès : août 882

Faits marquants :

Roi des Francs, de la Francie occidentale 11 avril 879 au 5 août 882.

L’héritage de son père Louis II Le bègue fut divisé en mars 880 à Amiens. Il obtint la Neustrie (nord de la France comprenant Paris), son frère -Carloman – reçut, quant à lui, l’ouest de la bourgogne, l’aquitaine et la Septimanie.

Ils négocièrent avec Louis le Jeune qui revendiquait la Lotharingie (actuelle Allemagne) pour faire face aux Vikings en 881 lors de la bataille de Saucourt-en-Vimeu. Victoire écrasante avec près de 8000 morts ennemis.

Charles VIII

Naissance : 30 juin 1470

Décès : 7 avril 1498

Faits marquants :

Roi de France de 1483 à 1498

Septième et dernier roi des Valois de la dynastie capétienne.

Devint roi à 13 ans et fut placé sous la tutelle de sa soeur Anne de Beaujeu jusqu’à sa majorité.

Henri II

Naissance : 31 mars 1519

Décès : 10 juillet 1559

Faits marquants :

Roi de France de 1547 à 1559

Sa maîtresse fut la fameuse Diane de Poitiers (cf. : première chronique).

Son emblème était la lune comme, après lui, celui de la famille des Orléans (les cadets de rois de France). En effet, il naquit second dans l’ordre de succession et devait donc être un Orléans mais son frère aîné mourut en 1536 avant la mort de son père, le roi Francois Ier. Ainsi Henri devint Henri Second en l’année 1547.

Crédits photos:

Photo de présentation: Le tournoi fatal à Henri II, peinture allemande du XVIe siècle © DR

Portrait de Louis III @ Franky89

Portrait de Charles VIII © L’Histoire, Avril Juin 2009

Portrait d’Henri II: François Clouet, Versailles, 1550 © RMN

Tournoi et portrait d’Henri II © DR

Recommended Posts

Laisser un commentaire

diane de poitierscomplexe Napoléon / Napoleon complex