Le Musée Nissim de Camondo

 Dans J&L Chasse aux Musées

J&L Chasse aux musées

Dans les années 1910 le comte Moïse de Camondo, un grand amateur de l’art du XVIIIe siècle, ordonne l’édification d’une nouvelle résidence en bordure du parc Monceau. Cet hôtel particulier fut construit à l’image du Petit Trianon de Versailles pour accueillir et présenter l’importante collection de meubles, de tableaux et d’objets d’art que le comte avait rassemblé.

En 1935, à la mort du comte, l’hôtel et son contenu furent légués à l’Union Centrale des Arts Décoratifs. Selon ses dernières volontés, le musée prit le nom de son fils, Nissim, mort durant la première guerre mondiale, et les pièces de la collection furent conservées dans leur disposition d’origine.

musée nissim de camondo
musée nissim de camondo

Ancien lieu de vie, la visite donne aujourd’hui l’occasion d’explorer les salles librement, sans contrainte d’ordre de parcours. La muséographie, discrète mais efficace, permet de collecter des renseignements sans défigurer les espaces présentés. De nombreux petits objets viennent même donner vie aux différentes salles : des plumes et du papier à lettre sur un bureau, une table dressée pour le repas des serviteurs dans l’office, une veste et des gants de valet abandonnés sur une chaise dans la cuisine, etc. Tout est fait pour donner l’impression que les propriétaires n’ont quitté les lieux qu’hier.

Le Musée Nissim de Camondo, un petit musée, certes, mais à ne manquer sous aucun prétexte si vous souhaitez vous faire une idée du mode de vie de la haute société du début du XXe siècle.

Thibaud

Informations clés | Musée Nissim de Camondo

Propriétaire notoire : comte Moïse de Camondo (1860 – 1935)

Date de construction : 1912

Architecte : René Sergent (1865- 1927)

Vocation première : Luxueuse maison de ville

Thématique du musée : Arts décoratifs

Crédit photos: Les Arts Décoratifs © Jean-Marie del Moral

Posts récents

Laisser un commentaire

musée cernushi